Jeunes diplômés d’école de commerce, ils se lancent en franchise et cartonnent !

Jeunes diplômés d’école de commerce, ils se lancent en franchise et cartonnent !

Entreprendre sous toutes ses formes est devenu ces dernières années un tremplin pour les étudiants qui n’hésitent plus à créer leur entreprise même pendant leurs études.

Le Baromètre des étudiants et de l’entrepreneuriat d’OpinionWay de juin 2021 (Sondage OpinionWay pour Moovjee) démontre et ce malgré la crise et le covid, que 70% envisagent de créer ou reprendre une entreprise durant les 5 ans qui arrivent dont 23% pendant les études voir juste après et 47% entre 3 à 5 ans après la fin des études.

Cette tendance profite également aux réseaux où nous voyons des jeunes diplômés construire leur système de franchise ou devenir franchisé d’une enseigne. Qu’en est-il réellement ?  

Success team

Les jeunes diplômés entrepreneurs face au Covid

Alors que l’on pourrait s’attendre à une baisse magistrale, des indicateurs en entrepreneuriat due à la crise Covid, ils sont restés stables. Le bouleversement s’est opéré surtout sur leurs valeurs et leur rôle dans la société d’aujourd’hui : 79% pensent que créer son entreprise est un moyen efficace pour changer l’économie en place, 62% pensent que l’entrepreneuriat est une nécessité pour sortir de la crise Covid, et 48% pensent que c’est la meilleure solution pour avoir un emploi.

Leur état d’esprit a changé tout comme leur confiance en l’avenir et la vision de notre monde en général. Mais alors que le frein identifié à la création est l’apport personnel, autrement dit l’aspect financier, 74% ne connaissent pas les dispositifs dédiés à la création d’entreprise pour les étudiants ou jeunes diplômés.  

Plus étonnant encore, 77% déclarent ne pas avoir fait la démarche de chercher sur internet des informations. En l’occurrence le frein à la création, jugée difficile du fait de ses aspects financiers, est réellement le manque d’information. A noté également un manque de confiance sur le marché au vu de l’actualité de ces dernières années. Autre élément intéressant, nous pouvons voir que les 3 premiers enjeux sur lesquels ils souhaitent agir en lançant leur entreprise sont l’égalité homme/femme, le bien-être au travail et l’écologie, la lutte contre le réchauffement climatique.

La volonté d’agir et de changer la société d’aujourd’hui est bien là, tout en créant leur avenir.

Jeune entrepreneuriat

Quesaco des dispositifs d’aides pour les jeunes en entrepreneuriat ?

Ils sont malheureusement très peu connus ou annoncés au sein des écoles. Existants depuis 2014, le statut national étudiant-entrepreneur (SNEE) et le diplôme d’établissement « étudiant-entrepreneur » (D2E) sont ouverts aux étudiants et aux jeunes diplômés.

Pour obtenir ce statut il faut remplir un dossier, puis le transmettre à un pôle étudiant pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (PEPITE). Il permet donc d’avoir un accompagnement par deux tuteurs, un accès à un espace coworking, de signer un contrat d’appui d’entreprise (cape : exonération des charges sociales et accompagnement divers) et ainsi obtenir des formations complémentaires à l’entrepreneuriat et à la gestion. L’étudiant ou le jeune diplômé peut donc créer son entreprise en étant accompagné sur tous les champs.

L’inscription pour obtenir le D2E est différente mais permet de valider le projet de création à la place d’un stage ou d’un projet de fin d’études, d’aménager ses études, de bénéficier du statut social tout en acquérant la reconnaissance des acquis issus de ce diplôme. MOOVJEE informe également sur tous les dispositifs d’aides et accompagne le créateur par un système de mentoring. Ils sont également présents en tant que jury sur tous les concours dans le domaine. Ce qui peut constituer un vrai boost dans la création. L’entrée est plus large en termes d’âge et de parcours. Et tout cet accompagnement est couplé avec une visibilité dans les médias, des mises en relations diverses vers les organismes de financements, etc. Enfin, les écoles de commerces aux programmes entrepreneuriat et leurs incubateurs (dont vous trouverez la liste ici) permettent également d’étoffer les accompagnements à la création.    

Aide financière pour les jeunes

Quelles sont les aides financières et les différents prix ?

Junior entreprise propose aux jeunes qui démarrent leur activité de travailler avec des entreprises qui ont un projet en étant payés, cela permet d’avoir ses premiers clients tout en se formant davantage. Ils représentent à eux seuls 3500 contrats réalisés par an avec un CA de 9 millions d’euros. Rentrer de l’argent de suite, quoi de mieux ?

Le dispositif NACCRE est également à mentionner puisqu’ils aident au montage financier, à obtenir des prêts à taux zéro ou préférentiels et accompagnent au développement de l’entreprise sur 3 ans.

Les différents concours sont incontournables pour obtenir de l’argent ou des accompagnements au projet, ils sont nombreux et constituent de vrais tremplins : Petit Poucet, Talents des cités, le concours national d’aide à la création d’entreprise, Innovons ensemble, Graines de boss

Mais aussi : BPI Pitch Ton Inno, EY Entrepreneur de l’année, Prix Tremplin PEPITE, Prix Créatrices d’Avenir, Le Prix Gabriel for Good, FundTruck, Be a Boss Awards, Creative Awards by Saxoprint, Trophée des Entreprises Responsables, Les Palmes du E-Commerce, Défi entreprendre, Jury Enactus….

Tous ces dispositifs sont indispensables mais malheureusement méconnus et donc peu utilisés.

Solution en financement pour les jeunes

Et la franchise dans tout ça ?

Et bien ces tremplins ont également servi à la franchise. C’est le cas par exemple de la future enseigne Père&Fish issue de la rencontre d’Ava Casanova, Charles Cagnac, Alexandre Rafaitin et Antony Giordano sur les bans du Master entrepreneuriat et Innovation de Skema Business School. Ce concept fut créé au sein de la PEPITE de l’école dans le but de la commercialiser en système de franchise. Ils ont donc ouvert leur premier restaurant en 2018 afin de réaliser leur pilote d’exploitation. Pépite à suivre !

Du fait des formations, des accompagnements et des différents supports, le réseau est la voie royale pour les jeunes. Car elles permettent de créer une entreprise avec un concept éprouvé qui fonctionne, mais aussi rentable tout en formant chaque interlocuteur au métier lors du démarrage et tout le long du projet. C’est donc normal que certains jeunes rentrent dans certains réseaux avec parfois que le bac uniquement.

Cependant si nous devions parler d’une formation idéale qui prépare à devenir franchisé, nous pouvons évoquer les écoles de commerces bien sûr. Un BTS orienté commerce assez généraliste donnant les bases pour une bonne gestion commerciale, un DUT gestion des entreprises et des administrations ou techniques de commercialisation ou encore le Master spécialisé de rennes Marketing Vente parcours Franchise & commerce en réseau qui forme également au métier de « franchisé ».

Franchise

Les jeunes au sein des réseaux sont-ils présents ?

Oui. C’est le cas de Romain André, diplômé d’une école de commerce avec une spécialisation en entrepreneuriat, il s’est dirigé très tôt vers la création d’entreprise bien évidemment. Malgré une connaissance partielle de certains dispositifs financiers d’aide à la création, il ne les a pas utilisés et n’a pas rejoint de PEPITE. Il a tenté l’aventure dans son domaine de prédilection : la restauration.

Ce premier projet n’a malheureusement pas fonctionné mais lui a apporté beaucoup. Il décide alors qu’au lieu de créer son concept, il allait rejoindre un concept existant à succès et qui rejoint surtout ses valeurs. Là encore l’aspect financier a été un frein mais il décide de rejoindre un réseau en tant que salarié. C’est ainsi qu’il rejoint la franchise Bio Burger dont les valeurs du bio, de l’écologie lui correspondent totalement.  Il a pu grâce à cela, se faire la main et mettre assez de côté pour ouvrir sa franchise en 2017. Puis une deuxième… Et certainement plusieurs autres selon son souhait actuel. Et il cartonne ! Voilà donc un bel exemple de réussite. Bravo Romain !

De nombreux exemples sont présent comme ….

Jennyfer Scholler avec L’Onglerie en franchise, Emmanuelle Majot avec le réseau Naturhouse, Marc Dargelas avec le réseau guy hoquet et bien d’autres….

Certains font le choix comme Romain de passer par la case salariat, d’autres se dirigent vers des réseaux où l’apport personnel est moindre. Ou encore font le choix de s’associer avec une personne ayant de l’expérience afin de se faire financer plus facilement.

succès des jeunes en franchise

Donc, les systèmes de franchise, modèle privilégié par les jeunes ?  

Oui et non. La formation et l’accompagnement est un vrai plus, certes, mais quelques freins subsistent.

Pourtant certains réseaux choisissent d’accompagner les jeunes au sein de leur réseau. D’abord sous un autre statut que franchisé, leur permettant de se former et de se lancer plus facilement financièrement. Certains organisent des systèmes de mentoring car il est évident qu’un accompagnement spécifique est nécessaire. En plus des formations dédiées à l’activité lors du démarrage, plus de coaching est généralement nécessaire tout au long du projet. Les systèmes de franchise sont certes très avantageux, du fait de leurs formations, de l’accompagnement et des concept éprouvés avec succès. Cependant, il est également plus coûteux qu’une création lambda. Une banque, aujourd’hui, aura plus de difficultés à prêter à un jeune sans expérience. Il est plus facile de se faire financer pour créer un système de franchise que d’en rejoindre un quand on est jeune !

Les freins peuvent être présents concernant les durées de contrats de franchise. Rejoindre un réseau, veut dire s’engager pour 5, 7, 10 ans… Or à cet âge on peut avoir envie de bouger, de tester de nouvelles choses…

Puis s’imposer des limites et s’enfermer dans un réseau avec des consignes à suivre à la lettre avec le manuel opératoire pour réussir, alors que l’on a souvent soif de liberté…

franchise pour les jeunes

Entreprendre quand on est jeune est tout à fait possible. Mais il faut être accompagné tout le long sur les différents sujets, d’où l’importance de lever les freins de connaissance sur les dispositifs existants.

Les systèmes de franchise sont également prêts à accueillir les jeunes au sein de leur réseau en accompagnant différemment ce jeune public. Du fait des formations et des accompagnements déjà présents, ils peuvent constituer la voie royale pour entreprendre et réussir, et ce, même si on est jeune. Il va de soi que bien choisir son réseau est primordial afin d’éviter des déconvenues. Mais quand la sélection est bien faite, les réussites sont là, visibles aux yeux de tous… Alors à quand votre franchise ?

Ajouter un commentaire

2022 ©Forum Des Commerces | Tous droits réservés | CGV – Mentions Légales